Accueil | Quoi de neuf? | Photos | Histoires | Sources | Rapports | Cimetières | Pierre tombales | Statistiques | Noms de famille


 Les familles SABOURIN - CHAUNIER / CHOINIÈRE en Nouvelle France

AccueilAccueil    ChercherChercher    Se connecter - Utilisateur: anonymeSe connecter   

________________________________________________________________________


par MEH
October 2007
revisé août 2009


________________________________________________________________________


L'ajout du surnom Chaunier / Choinière au patronyme Sabourin reste un mystère.

Nous aimerions connaître vos propres hypothèses. Si vous trouvez des indices qui pourraient nous aider à lever le voile sur cette énigme,

veuillez écrire au webmestre voir le menu info et choisissez l'option contactez-nous.



________________________________________________________________________


Deux différentes familles SABOURIN porteront le nom CHAUNIER /ÈRE en lien avec leur propre patronyme au début de la colonie.

1) Denis SABOURIN (1646-1689) sera souvent connu sous le nom Sabourin dit Chaunier.
    Né en 1646, Denis est fils de Jean Sabourin et Catherine Moquin de Saumur, département de Maine et Loire France. Il arrive en Nouvelle France vers     1671-1672.

Denis Sabourin dit Chaunier, né en octobre 1646, n'a que 8 mois au décès de son père. Est-ce que sa mère, Catherine Moquin se serait mariée en secondes noces à un dénommé Chaunier/Chouanier et que Denis aurait ajouté ce patronyme au sien, donc Sabourin dit Chaunier? Ce genre de choix n'est pas inusité. Le patronyme de Paul Sabourin dit Castonguay en est qu'un exemple. La mère de Paul, Anastasie Raizenne, veuve de JBte Sabourin, épousa Pierre Castonguay en secondes noces. Paul, âgé de 4 ans à l'occasion de ce mariage, ajoutera éventuellement le nom de son beau-père au sien.

2) Un Jean SABOURIN portera le nom et surnom de Chaunier/ère dit Sabourin, la formulation inverse de celle portée par Denis Sabourin.

    Nous croyons qu'il s'agit de Jean (1674-1756), fils de Jean Sabourin (I) et de Mathurine Renou, les ancêtres de la majorité des Sabourin en Amérique.

     Ce Jean Sabourin (II) greffe le surnom Chaunier au sien lorsqu'il atteint presque 50 ans.

Nous n'avons pas trouvé de liens de parenté entre ces deux familles ni les raisons qui les ont motivées à ajouter le nom Chaunier au leur.

-----------------------------------------------------------------------


Le nom CHAUNIER

Pourquoi le patronyme Chaunier/ère a-t-il été ajouté à celui de Sabourin?

Le " dit " surnom pourrait servir à distinguer une famille d'une autre portant le même patronyme dans une même région; il pourrait identifier un enfant Sabourin prise en charge par une famille Chaunier/ère, ou vice versa ; ou encore il serait utilisé pour d'autres motifs qui restent à découvrir.

Le mot CHAUNIER peut être attribué à celui du métier de chaunier, il peut être dérivé d'un objet ou d'un lieu en France.

1) Métier : Chaunier - un ouvrier extrayant la chaux, un chaufournier.
                - celui qui est responsable de la bonne marche d'un four à chaux.

                " Homme bâti à chaux et à sable " = homme ayant une santé de fer.

                (Source : Généalogie en Pays d'Aigre. Les métiers d'autrefois)

                Généalogie en Pays d'Aigre. Les métiers d'autrefois

2) Objet : Chaune - Terme d'épinglier. Instrument utilisé par les épingliers pour couper les tronçons de laiton

(Dictionnaire de la langue française adapté d'Émile Littré (1863-1877)

Reverso

     Du site des Vieux métiers. métiers anciens, on apprend que lors de la fabrication

     d'épingles, un ouvrier "préparait la cannetille, c'est-à-dire un fil de laiton fin, qu'il roulait en

     spirale au moyen d'une roue, et qu'il découpait ensuite en parties égales pour faire les

     têtes ; ces têtes étaient ajustées par un bouteur, qui les fixait solidement. Après cette

     série d'opérations, on blanchissait l'épingle à l'étain, et elle était livrée".

     C'est peut-être lors de cette étape qu'on se servait d'un chaune, l'instrument pour couper le

     tronçon de laiton. Voir l'article sur le métier d'épinglier sous

    France-pittoresque  

2) Toponymes

a) Chaunier -hameau situé à environ 25 km., au sud-est de Vichy, dans le département de l'Allier (03), province de l'Auvergne, France.
     Cette région est connue pour la fabrication de la chaux, le traitement du minerai de fer, l'alliage, l'agriculture.

D'après le toponymiste Jean Tosti, le patronyme Chaunier est surtout porté dans les régions de l'Allier et Puy-de-Dôme de la France. Les Sabourin ne semblent pas fréquenter ces régions.

b) Chauny - Village dans le département de l'Aisne, Picardie.

    Les habitants de Chauny sont des 'chaunois'.

c) Chaunay - Village dans le département de Vienne. Chaunay est situé à 10 km. de Montalembert, lieu de résidence de notre ancêtre Jean Sabourin,     L'église de Montalembert faisait auparavant partie de l'archiprêtré de Chaunay et de l'élection d'Angoulême. Après 1789, cette église appartiendra au     diocèse de Ruffec; aujourd'hui elle est sous la juridiction du diocèse de Niort.

    Gentilé : des chaunaissiens / chaunaissiennes et non des chauniers.



D'autres sources soulignent que le nom Chaunier pourrait être un dérivé du mot 'saunier', un marchand de sel et 'saunière' un coffre ou l'on conservait le sel destiné aux usages domestiques.
Nous favorisons toutefois l'hypothèse que l'origine du nom Chaunier vient du mot chaunier décrivant un métier ou le lieu nommé ci-dessus.

-----------------------------------------------------------------------


1672 - Première mention du nom Chaunier ère / en Nouvelle France.

1. Denis Sabourin, (1646-1689) souvent connu sous Sabourin dit Chaunier/ère.

Denis, né en 1646, est fils de Jean Sabourin et de Catherine Moquin de Saumur, département de Maine-et-Loire, France. Il arrive en Nouvelle France vers 1671. Il est d'abord valet de chambre du gouverneur François Marie Perrot, puis marchand et cabaretier. En 1687, il épouse Catherine Nafrechoux, fille de Isaac Nafrechoux et de Catherine Leloup.

De cette union naîtra une fille, Catherine. Denis meurt en 1689 aux environs de Baie St. Paul, Québec lors du naufrage du bateau qui le ramenait de la France. Deux années plus tard, sa veuve épousera François Foucault, lieutenant de la maréchaussée et originaire de Verneuil-sur Indre près de Tours, Indre-et-Loire.

Le couple ira s'établir à Québec. Catherine, la fille de Denis, mariera aussi un François Foucault, celui-ci natif de Bayonne. Il occupera les fonctions de garde magasin du Roi, du premier conseiller du Roi au Conseil supérieur de Québec et d'écrivain principal de la marine. Les époux de Catherine Nafrechoux ainsi que le fils et les gendres de sa fille Catherine auront de brillantes carrières et fréquenteront le milieu bourgeois de la Nouvelle France.

Le nom de Denis apparaît en Nouvelle France sous diverses variantes - Denis Sabourin (1671) Denis Sabourin dit Chouagnère / Chouannière (1672), Denis Chaunière (1672), Denis Sabourin (1673), Denis Chaunier (1676) Choisnier (1681 Census), etc. Les notaires inscrivent son nom sous Denis Sabourin dit Chaunier/ère.

Le dernier acte notarié dont il est fait mention de Denis est daté du 20 septembre 1736. On le qualifie de bourgeois marchand. Son père est métayer, c'est-à dire cultivateur. Il est possible que le patronyme Chaunier, dans le cas de Denis, n'est pas lié au métier de ce nom.

Dans les actes notariés, Catherine, l'enfant unique de Denis, est nommée Sabourin dit Chaunière, la variante féminine de Chaunier. Catherine meurt en 1731.
À son décès, le nom Sabourin dit Chaunière disparaît.

2. 1722 - mention du nom Chaunier /ère par une autre famille SABOURIN

Jean Sabourin (I) le premier Sabourin à s'établir en Nouvelle France et époux de Mathurine Renou et de Marie Gaillard ne semble pas porter le nom Chaunier D'après ce que nous avons observé jusqu'à présent, son fils aîné, Pierre (m. Madeleine Perrier)
et ses filles, Françoise, Madeleine et Jeanne n'ajouteront pas ce nom à le leur. Il n'y aurait que son autre fils, Jean (II) et ses enfants qui se nommeront Chaunier / ère dit Sabourin au gré du temps. La première mention a lieu six mois après le décès du patriarche Jean Sabourin (I).

Dans le registre paroissial de Chambly, on note que le 16 février 1722 aura lieu le mariage de " Françoise Chaunier, fille de Jean Chaunier dit Sabourin à Charles Deliet". (PRDH) La mère de la mariée et les parents de Charles Deliet ne sont pas nommés. D'autres sources nous apprennent que la mère de Françoise est Françoise Voyne / Venne et que Charles Deliet (Deliette) est amerindien membre de la tribu panis et voyageur. Les historiens et généalogistes auraient confondu Charles Deliette avec Charles Henri Joseph Tonti, fils d'Alphonse Tonti, lieutenant d'Antoine Lamothe-Cadillac, et Marie-Anne Picoté-Bélestre, Il s'agit de deux individus distincts.

Treize années s'écouleront (1722 - 1735) avant que le 'dit' nom de Chaunière dit Sabourin réapparaîtra. C'est à l'occasion du mariage du frère de Françoise, Jean (III) à Barbe Quenneville. Le contrat de mariage du 22 janvier 1735 nomme les futurs mariés : " Jean Chaunière,
fils de Jean Chaunier dit Sabourin et de Marie Vesne de Chambly, et Barbe Tienneville, fille d'Antoine Tienneville, habitant, et de Marie Bourdon, de la paroisse de Longueuil … ". Le mariage lui-même sera célébré le 24 janvier 1735.
Le prêtre inscrit que l'époux est " Jean Baptiste Chaunière, fils de Jean-Baptiste Chaunière ". La mère du marié n'est pas nommée. (PRDH 1730-1749, Vol. 28, p. 171, 2ème édition 1991. )
Un mois plus tard, Jean, (II) père, se marie en troisièmes noces. " Jean Chaunier dit Sabourin, habitant de Chambly, veuf de Françoise Vaine " épousera " Marie Catherine Bourdon fille de feu Jacques Bourdon et de Marguerite Decaut. "
(ct. de mariage, 21 février 1735 notaire A. Loiseau.). Catherine Bourdon est la cousine de Barbe Quenneville.

Lors de ce dernier mariage, les parents de Jean (II) sont décédés. Il n'y a qu'une personne encore vivante dans l'entourage immédiat de Denis Sabourin. Il s'agit de François Foucault, époux de sa fille Catherine, qui demeure à Québec.
La veuve de Denis, Catherine Nafrechoux, est morte il y a trois semaines.

Pourquoi ont-ils greffé au gré du temps le nom Chaunier /ère à le leur, dans le cas de Jean (II) à 48 ans et après la mort du patriarche Jean Sabourin survenue six mois plus tôt. J'ose avancer une hypothèse. Jean Sabourin (II) de Chambly et son fils Jean (III) sont parfois connus sous le prénom Jean-Baptiste.
Est-ce qu'ils auraient voulu se distinguer d'un autre Jean Baptiste Sabourin. Vers 1734-1735, Jean Sabourin (III), son frère Joseph Toussaint et leur beau-frère, Charles Deliette, voyageurs, longent la Rivière des Outaouais pour se rendre au Fort Pontchartrain du Détroit.
Il est probable qu'ils rencontrent leur cousin, Jean-Baptiste Sabourin, fils de Pierre Sabourin et de Madeleine Perrier, qui côtoie les mêmes milieux. Il travail avec le marchand traiteur Paul Guillet et, en 1743, obtient son propre permis de commerce.
Époux de Sarah Hanson, il occupe la fonction de capitaine de milice de Vaudreuil. Comment savoir si cette hypothèse est la bonne ? Le cas échéant, pourquoi choisir le nom Chaunier /ère ?

Les membres de la famille de Jean Chaunier /ère dit Sabourin s'établiront à Pointe-aux-Trembles, Chambly, Pointe Olivier (St. Mathieu), la vallée du Richelieu, les cantons de l'Est et se rendront jusque dans l'Ouest canadien et aux Etats-Unis.

Après la fin du système seigneurial en 1834, les personnes ayant un double patronyme sont obligées d'en choisir qu'un seul. Certains membres de la famille garderont le nom Sabourin tandis que d'autres prendront le nom Chaunier ou des variantes de ce patronyme, telles que Choisnier, Choinière.
Vers 1850, une famille Choinière des Etats-Unis changera son nom à Sweeney. Ignace Choinière sera ensuite connu sous Enos Sweeney et son épouse Rosalie Hinse sous Rosalie Hayes.

-----------------------------------------------------------------------


3. 1688 - Marie Chaunier - Autre mention du nom Chaunier dans les registres paroissiaux de la Nouvelle France

Marie Chaunier et son époux Louis Brouillard de Chambon, Indre-et-Loire ne se rendront pas en Nouvelle France. Toutefois, leur fils Charles s'établira dans la colonie.
Il épousera Pétronille Dany, fille d'Honoré Dany et de Perrine Lapierre le 18 mars 1688 à Montréal. Honoré Dany et sa famille sont voisins de notre ancêtre Jean Sabourin et sa troisième épouse, Marie Gaillard.
Un mois avant le massacre Lachine, la fille d'Honoré, Jeanne, âgée de seize ans, sera assassinée par un amérindien qui, la même journée, avait attaqué Marie Gaillard dans sa cuisine.
En 1694, Jean Sabourin achète une concession de René Drouillard * et l'année suivante la revend à Honoré Dany.

Le fils de Marie Chaunier connaîtrait donc la famille de Jean Sabourin.

Est-ce que Marie Chaunier aurait des liens de parenté avec les Sabourin? Est-ce que Jean Sabourin dit Chaunier /ère aurait été membre de l'entourage de Louis Brouillard?

(* Il s'agit ici probablement de René Drouillard marié à Louise Fortier en 1694.René Brouillard, fils de Charles Brouillard et de Petronille Dany, né à Oka en 1689, n'aurait que 5 ans en 1694.)

-----------------------------------------------------------------------


Ottawa, octobre 2007





________________________________________________________________________